60 solutions, par Yann Arthus-Bertrand

C'est à l'invitation d'Annick Girardin, Secrétaire d’Etat chargée du développement et de la francophonie, que les classes de première et terminale ES du Lycée Turgot se sont rendues au Quai d'Orsay vendredi 4 octobre à 17 h.

par Pierre-Pascal Boulanger

Pourquoi parler d’économie ? Parce que la méconnaissance en économie est une menace pour la démocratie. On ne le dira jamais assez. Mendès-France l’affirmait déjà en son temps, dans une France pourtant en forte croissance et en progrès social. Alors pensez aujourd’hui !

9 février 2015 : Communiqué de presse n°2

Afin d'être plus ancré dans les attentes des jeunes, un Conseil étudiant a été mis en place à côté du Conseil scientifique du Printemps de l'économie. Véritable partie prenante, parce qu'un événement destiné aux jeunes ne peut se faire sans les jeunes.

Vous pouvez télécharger le communiqué de presse en PDF en cliquant ici.

Save the date ! A vos agendas ! Découvrez le premier communiqué de presse du Printemps de l'économie 2015 en cliquant ici.

par Pierre-Pascal Boulanger

Que dit-on à nos jeunes, à propos de l'Europe. Les Etats ? Que nos contraintes viennent de « Bruxelles ». Les médias ? Que sa construction est problématique. L'école ? L'histoire de sa construction, la complexité de ses institutions, l'impossibilité de la zone euro à être optimale expliquée à coup de triangle d'incompatibilité de Mundell ! Suscitera-t-on ainsi le désir d'Europe,

Retrouvez les chroniques des invités au Printemps sur Economie Matin (Dominique Plihon, Agnès Bénassy-Quéré, Patrick Artus, Henrik Uterwedde Pierre-Pascal Boulanger) et d'ici quelques jours Xavier Timbeau et d'autres économistes invités du Printemps.

Depuis sa création en 1999, la zone euro se distingue par des performances nettement moins bonnes que dans la plupart des pays des pays avancés en matière de croissance et d'emploi. En 2014, la zone euro est la région du monde la plus déprimée de l'économie mondiale et se trouve menacée par la déflation. Un tel résultat s'explique en grande partie par les vices originels de conception de l'Union économique et monétaire, fondée sur les principes monétaristes et néolibéraux.

L’abstention est toujours un triste signe. Son niveau aux dernières municipales (38,5%) vient de nous le rappeler. Cependant, un tel taux serait une excellente nouvelle aux prochaines élections européennes ! En 2009, 59,4 % des inscrits s’étaient abstenus en France, bien au-dessus de la moyenne de l’UE. Seuls 40,6 % avaient alors pris part au vote contre 61 % en 1979 : une vertigineuse et régulière chute de la participation de scrutin en scrutin.  

Les Economiques participeront aux Entretiens de l'Académie des Sciences morales et politiques, en partenariat avec la Fondation Croissance Responsable (Institut de France) mardi 10 décembre. Quelle finance pour une croissance responsable ?

Alors que la croissance est en panne, la question de savoir si elle reviendra un jour revient naturellement. Est-ce un phénomène temporaire qui serait désormais arrivé à terme ou, au contraire, sommes-nous dans une simple crise passagère, qui annonce une nouvelle phase future de croissance ? Philippe Askenazy, Patrick Artus et Dominique Plihon, invités par les Economiques de Turgot.

Pages