Patrick Artus

Événements liés

Invité-e-s: 

Lieu: 

Mardi, 10 Mars, 2015 - 19:00

En attendant Le Printemps de l'économie (du 13 au 17 avril), Patrick Artus est intervenu le mardi 10 mars à la mairie du 3ème sur la politique monétaire récemment décidée par la BCE. Est-elle dans la continuité de ce qui a été fait jusqu'ici, mais en frappant plus fort ? Ou constitue-t-elle un tournant dans la stratégie de l'institution monétaire ? Beaucoup disent qu'il s'agit d'éviter la déflation. Mais est-ce vraiment son objectif une fois mesuré ses chances de succès, mais aussi les risques encourus ? Quatre possibilités d'explications de cette prise de risques, bientôt en vidéo.

Pourquoi croissance, investissement et productivité ralentissent ? Patrick Artus reprend les thèmes développés aux Économiques le 16 octobre dernier. Il participera à la 3ème édition du Printemps de l'économie. Retrouvez-nous chaque mois sur Xerfi Canal !

Y-a-t-il un lien entre la faiblesse de l'investissement et l'affaiblissement des gains de productivité ? Beaucoup d’économistes s’inquiètent de l’affaiblissement de l’investissement depuis la crise de 2008 dans les pays de l’OCDE.

Invité-e-s: 

Lieu: 

Jeudi, 16 Octobre, 2014 - 15:00

Beaucoup d’économistes s’inquiètent de l’affaiblissement de l’investissement depuis la crise de 2008, dans les pays de l’OCDE. Il s’agit aussi bien de l’investissement des entreprises que de l’investissement public. On peut d’abord s’interroger sur les causes de l’affaiblissement de l’investissement : selon les pays, faiblesse de la rentabilité du capital, pessimisme des entreprises, taux d’intérêt encore trop élevés, faiblesse de la demande anticipée ; peut-être aussi, ce qui était dans un sens favorable, amélioration de l’efficacité du capital après une longue période de temps durant laquelle la productivité du capital a reculé.On peut ensuite regarder l’évolution des gains de productivité du travail et de la croissance de la Productivité Globale des Facteurs. La productivité ralentit depuis les années 1980 et encore plus depuis le début des années 2000, bien avant que l’investissement ne décline. Au contraire, l’affaiblissement de la productivité a lieu alors que l’intensité capitalistique augmente. On doit donc l’attribuer à d’autres facteurs : insuffisante compétence de la population active ; inefficacité croissante de la R&D ; insuffisante sophistication du capital. L’affaiblissement des gains de productivité conduit à une croissance potentielle très faible, surtout en Europe, d’où de grandes difficultés dans le futur (équilibre des systèmes de protection sociale, financement des retraites…).

Photo : Patrick Artus au Printemps de l'économie le 7 avril 2014. Copyright : Claude Smulewicz.

Alors que la croissance est en panne, la question de savoir si elle reviendra un jour revient naturellement. Est-ce un phénomène temporaire qui serait désormais arrivé à terme ou, au contraire, sommes-nous dans une simple crise passagère, qui annonce une nouvelle phase future de croissance ? Philippe Askenazy, Patrick Artus et Dominique Plihon, invités par les Economiques de Turgot.

Débat entre patrick Artus, Philippe Askenazy et Dominique Plihon, animé par Thierry Fabre, rédacteur en chef adjoint de Challenges, notre partenaire. Table-ronde proposée par Les Economiques le 4 avril, dans le cadre du Printemps de l'économie de Paris.

Invité-e-s: 

Lieu: 

Jeudi, 4 Avril, 2013 - 19:00

Comment retrouver la croissance en Europe ? Cette année, selon le FMI, l’Union Européenne sera la seule région du monde à subir une récession. Cinq ans après la crise, les grands pays européens, mis à part l’Allemagne, n’ont toujours pas retrouvé leur niveau de PIB de 2008. Et le Vieux Continent devrait connaître plusieurs années de quasi-stagnation, alors qu’aux Etats Unis la croissance est repartie à un rythme supérieur à 2%. Résultat, le chômage s’envole dans la zone euro, avec un taux qui dépasserait les 11% cette année.

Alors, comment retrouver les chemins de la croissance en Europe ? Comment reconstruire le potentiel industriel et d’innovation perdu ? Beaucoup d’économistes remettent en cause les politiques d’austérité budgétaire, en préconisant d’étaler dans le temps la réduction des déficits publics. Mais que faire face au fardeau de la dette publique, de plus en  plus lourd : il est en train de dépasser le seuil fatidique de 90% du PIB qui, selon Kenneth Rogoff, l’ancien économiste en chef du FMI, entraîne un affaiblissement durable de la croissance…

Pour débattre de ces questions, les "Economiques" de Turgot ont invité trois économistes de renom : Philippe Askénazy, professeur à l’Ecole d’Economie de Paris, Patrick Artus, directeur de la recherche de Natixis et Dominique Plihon, professeur à l’Université de Paris XIII, aux approches très différentes sur ce sujet.

Thierry Fabre, rédacteur adjoint à Challenges. Réservation en ligne ici.

S'abonner à Patrick Artus