Mondialisation

Événements liés

Rencontres 2013Dans le cadre du Printemps de l'économie, l'Institut pour l'Education Financière du Public (IEFP) organisait le 3 avril ses Rencontres 2013, à destination des enseignants d'économie d'Ile de France : "L’économie française souffre-t-elle de la globalisation financière ?"

Invité-e-s: 

Lieu: 

Mercredi, 3 Avril, 2013 - 14:00

Croissance en berne, augmentation du chômage, industrie en difficulté, manque de compétitivité, autant d’indicateurs qui alertent sur la situation économique de la France. Avec l’intervention d’éminents économistes, nous essaierons de comprendre comment les changements de la finance mondiale ont impacté les ressorts de l’économie française. Pour cela, nous tenterons de répondre à plusieurs questions. Les difficultés que rencontre l’économie française sont-elles d’ordre structurel ou conjoncturel ? Quelle est la part de responsabilité des marchés financiers dans la situation présente ? Le lien de causalité entre crise financière et récession économique est-il aussi simple ? En quoi les difficultés économiques actuelles contraignent-elles les acteurs économiques et politiques à reconsidérer en profondeur leurs modes d’intervention ? Les Rencontres de l'IEFP proposent  de tenter de répondre à cette question avec Jezabel Couppey-Soubeyran, Maître de Conférences à l'université Paris I, Jean-Marc Daniel, Professeur à l'ESCP Europe, Xavier Timbeau, directeur du Département analyse et prévision de l'OFCE et Georges Pauget, Président de l'IEFP. Inscriptions : contact@lafinancepourtous.com

Il n'y a pas de mondialisation. Elle n'est que dans les têtes. C'est un discours masquant et justifiant une réalité bien plus sombre et plus cynique : celle d'une "Grande Régression", soit le vrai nom et la vraie fonction de la "mondialisation". Tel a été le propos défendu par Jacques Généreux (ici sur la photo, présenté par Charles, de terminale ES) le 23 mai 2012 aux cent cinquante étudiants réunis pour cette nouvelle édition des "Economiques" de Turgot. Propos au croisement de l'anthropologie économique et de la philosophie politique, replaçant la société actuelle, s'orientant vers une forme particulière de dissociété, dans une perspective de très long terme d'évolution sociétale.{C}

Lundi 11 juin, les "Economiques" de Turgot recevaient Maurice Godelier, en clôture de la saison 2011/2012 consacrée à la mondialisation. Après Alain Minc, André Orléan, Agnès Benassy-Quéré et Jacques Généreux, tous économistes, c’est « la mondialisation à partir de l’anthropologie » qui nous était présentée par l’ancien assistant de Claude Lévy-Strauss, médaille d’Or du CNRS pour l’ensemble de sa carrière, et directeur de recherche au CNRS et à l’EHESS. Une fois sa biographie présentée par Julia, élève de terminale, c’est à une heure d’exercice que s’est livré notre invité, dans le cadre de l’opération « Professeur d’un jour ».

A la question « la mondialisation … heureuse ? », Alain Minc, invité le mardi 10 janvier 2012 des Economiques de Turgot, répond sans hésitation, 15 ans après la sortie de son livre : « Pour le monde, elle l’est évidemment. La question se repose à l’échelle de la vieille Europe. ». En plus d’une heure de conférence et devant plus de 300 élèves et une quarantaine d’invités, Alain Minc nous offre un personnage très convaincu qui n’a pas la langue dans sa poche, tel qu’on le connaît dans les médias.

Plus de 300 élèves réunis, première et terminale ES, BTS Compa-Gestion, DCG, prépa ECT, et une quarantaine de VIP pour écouter Alain Minc ce mardi 10 janvier dans le magnifique gymnase du lycée Turgot. Ancien élève du lycée, il était attendu au tournant par nombres d'élèves ayant préparé leurs questions préalablement, sur le thème de "La mondialisation... heureuse ?". Quinze ans après la sortie du livre du même titre, mais sans points de suspension, ni point d'interrogation, allait-il dire la même chose ?

S'abonner à Mondialisation