Économiques lycéennes

Une table-ronde exceptionnelle pour ces « Economiques » d’ouverture de la saison 2012/2013, afin de célébrer un homme d’Etat d’une rare envergure, une figure morale et ancien Turgotin : Michel Rocard, ancien Premier Ministre, Pierre Birnbaum, professeur de sociologie politique à Paris I Sorbonne, et à l’IEP Paris, lui-même ancien Turgotin, Jean-Pierre Rioux, historien et membre du conseil scientifique de l’Institut Pierre Mendès-France. La table-ronde, brillamment présentée par Mathis Balbo-Laget, élève de terminale ES, était animée avec efficacité et enthousiasme par Ivan Levaï, journaliste et éditorialiste à France Inter, en présence de Pierre Aidenbaum, Maire du 3è, anciens élèves de Turgot eux-aussi.

Il n'y a pas de mondialisation. Elle n'est que dans les têtes. C'est un discours masquant et justifiant une réalité bien plus sombre et plus cynique : celle d'une "Grande Régression", soit le vrai nom et la vraie fonction de la "mondialisation". Tel a été le propos défendu par Jacques Généreux (ici sur la photo, présenté par Charles, de terminale ES) le 23 mai 2012 aux cent cinquante étudiants réunis pour cette nouvelle édition des "Economiques" de Turgot. Propos au croisement de l'anthropologie économique et de la philosophie politique, replaçant la société actuelle, s'orientant vers une forme particulière de dissociété, dans une perspective de très long terme d'évolution sociétale.{C}

Lundi 11 juin, les "Economiques" de Turgot recevaient Maurice Godelier, en clôture de la saison 2011/2012 consacrée à la mondialisation. Après Alain Minc, André Orléan, Agnès Benassy-Quéré et Jacques Généreux, tous économistes, c’est « la mondialisation à partir de l’anthropologie » qui nous était présentée par l’ancien assistant de Claude Lévy-Strauss, médaille d’Or du CNRS pour l’ensemble de sa carrière, et directeur de recherche au CNRS et à l’EHESS. Une fois sa biographie présentée par Julia, élève de terminale, c’est à une heure d’exercice que s’est livré notre invité, dans le cadre de l’opération « Professeur d’un jour ».

Les "Economiques" de Turgot recevaient André Orléan le 14 février 2012, venu répondre aux questions des jeunes sur les dangers de l'instabilité financière. Dans le cadre de la saison 2011-2012 consacrée à la mondialisation, il succédait à Alain Minc et intervenait avant Agnès Bénassy-Quéré, Jacques Généreux et Maurice Godelier.

A la question « la mondialisation … heureuse ? », Alain Minc, invité le mardi 10 janvier 2012 des Economiques de Turgot, répond sans hésitation, 15 ans après la sortie de son livre : « Pour le monde, elle l’est évidemment. La question se repose à l’échelle de la vieille Europe. ». En plus d’une heure de conférence et devant plus de 300 élèves et une quarantaine d’invités, Alain Minc nous offre un personnage très convaincu qui n’a pas la langue dans sa poche, tel qu’on le connaît dans les médias.

Julia D'Avout, Clara Santelmann et Alexandre Petit, élève

Plus de 300 élèves réunis, première et terminale ES, BTS Compa-Gestion, DCG, prépa ECT, et une quarantaine de VIP pour écouter Alain Minc ce mardi 10 janvier dans le magnifique gymnase du lycée Turgot. Ancien élève du lycée, il était attendu au tournant par nombres d'élèves ayant préparé leurs questions préalablement, sur le thème de "La mondialisation... heureuse ?". Quinze ans après la sortie du livre du même titre, mais sans points de suspension, ni point d'interrogation, allait-il dire la même chose ?

Le 13 mars 2012, Agnès Bénassy-Quéré s'exprimait sur l'euro en crise aux "Economiques" de Turgot. Dans une première partie, elle est revenue sur les raisons de cette crise avant de détailler la manière dont les autorités ont réagi à la crise de la dette, se penchant particulièrement sur le cas grec.

 

Les "Economiques" et les Sociétales se sont achevées avec le forum de notre partenaire, la Fondation Croissance Responsable de l'Institut de france, "Comment relancer l'ascenseur social ?" le 26 mai de 8h30 à 12h.

 

Pages