Spread, adjudication de l'OAT du 2 mars

Trois lycéens du Lycée Turgot questionnent Anthony Requin, directeur de l'Agence France Trésor

Catégorie: 

Mathis Joubert, élève en terminale ES2, à Anthony Requin : "Nous vous rencontrons aujourd’hui jeudi 2 mars. Or nous avons vu sur votre site que vous aviez procédé ce matin même à 10h50 à une émission d’obligations assimilable du trésor, pour un montant entre 6 et 7 milliards. Quelle est la raison de cet emprunt sachant que l’agence avait déjà émis à peu près 9 milliards le 16 février ? L’émission d’OAT de ce matin proposait des taux de 0.25 % à échéances de 10 ans et des taux 7 fois plus élevés à échéances de 50 ans. Nous comprenons que plus l’échéance est lointaine et plus le risque est grand, d’où le taux plus élevé de 1.75. Néanmoins 1.75 % semble peu pour une échéance aussi lointaine : comment peut-on l’expliquer ? Et qui accepte de prêter à ce taux-là ? De même, nous avons été très surpris de voir que le 16 février dernier le taux d’une des émissions d’OAT était de 0 % pour une échéance à 5 ans. Comment cela est-il possible ? Qui accepte de prêter à ce taux-là ? Et dans ce cas-là trouvez-vous sur les marchés tous les volumes demandés ?"

Voilà comment débute un entretien passionnant avec le directeur de l'Agence France Trésor, qui n'a pas compté son temps pour recevoir ces trois apprentis économistes et répondre à leurs interrogations. Avec, à la clé, une visite de la salle des marchés et explications de l'activité du jour par les ingénieurs financiers du back office, notamment ! Cette opportunité exceptionnelle a été possible grâce à l'IGPDE, partenaire du Printemps de l'économie. Des extraits filmés de cet entretien, ainsi que ceux des cinq autres entretiens d'élèves des lycées Jacques Decour, Voltaire, Henri IV, Turgot avec les directeurs de la DGE, DGDDI, TRACFIN, DGFIP, DGCCRF, seront projetés en ouverture de la session "Quel rôle pour l'Etat dans l'économie aujourd'hui ?" le lundi 20 mars à 17 h au ministère. Xavier Timbeau, directeur général de l'Ofce-SciencesPo, et Jean-Marc Daniel, professeur à l'ESCP Europe et directeur de la revue Sociétal, ne manqueront pas de réagir à ces entretiens avant de se lancer dans le débat sur le rôle actuel de l'Etat dans l'économie.

Allez ! Vous voulez savoir de quoi nos lycéens sont capables ? On continue l'entretien ? Roze Gultekin : "Gérez-vous l’ensemble de la dette de l’état ou seulement la dette externe ? Sachant que l’état est en déficit chronique depuis une quarantaine d’années, et que l’agence n’a été créé qu’en 2001, comment était gérée la dette avant 2001 et qu’est-ce qui a justifié la création de l’agence ?". Colas Agrikoliansky : "On entend beaucoup parler de l’augmentation récente du SPREAD, le différentiel entre le taux de la dette française et la dette allemande. Il a notamment grimpé, dit-on, quand les marchés ont pris en compte le risque Marine Le Pen, et diminué dès l’annonce de l’alliance Macron/Bayrou. Mais sachant que le SPREAD a déjà beaucoup varié dans le passé, en dehors de périodes électorales, quelles sont les raisons non-politiques de la volatilité des taux ?"

Et quand les réponses sont trop techniques pour des élèves de terminale ES, Anthony Requin a ce don de reprendre l'explication une seconde fois dans un langage vulgarisé et non réducteur.

Publié le: 
04 Mars 2017