Généreux : Il n'y a pas de mondialisation.

Catégorie: 

Il n'y a pas de mondialisation. Elle n'est que dans les têtes. C'est un discours masquant et justifiant une réalité bien plus sombre et plus cynique : celle d'une "Grande Régression", soit le vrai nom et la vraie fonction de la "mondialisation". Tel a été le propos défendu par Jacques Généreux (ici sur la photo, présenté par Charles, de terminale ES) le 23 mai 2012 aux cent cinquante étudiants réunis pour cette nouvelle édition des "Economiques" de Turgot. Propos au croisement de l'anthropologie économique et de la philosophie politique, replaçant la société actuelle, s'orientant vers une forme particulière de dissociété, dans une perspective de très long terme d'évolution sociétale.{C} Première partie : Refonder le discours économique et la philosophie politique, dont les fondements remontent aux Lumières, à l'aune des connaissances scientifiques de ces quarante dernières années. Pourquoi rebaptiser la mondialisation par "Grande Régression".

Seconde partie (ci-dessous) : Replacer la mondialisation dans l'histoire de l'évolution des formations économiques et sociales. Des sociétés premières à la Grande Régression.

Troisième partie : Comment en est-on arrivé à la Grande Régression ?

Quatrième partie (à venir) : Réponses de Jacques Généreux aux questions des élèves.

Mots clés: 

Publié le: 
25 Mai 2012