Alain Minc : La France ne peut que gagner à la mondialisation

Catégorie: 

Plus de 300 élèves réunis, première et terminale ES, BTS Compa-Gestion, DCG, prépa ECT, et une quarantaine de VIP pour écouter Alain Minc ce mardi 10 janvier dans le magnifique gymnase du lycée Turgot. Ancien élève du lycée, il était attendu au tournant par nombres d'élèves ayant préparé leurs questions préalablement, sur le thème de "La mondialisation... heureuse ?". Quinze ans après la sortie du livre du même titre, mais sans points de suspension, ni point d'interrogation, allait-il dire la même chose ? Sur le fond, assurément oui. Si le contexte d'aujourd'hui ne permet plus le qualificatif d'heureux, en tout cas pour des pays développés, la crise d'aujourd'hui est-elle bien celle de la mondialisation ? Comment se fait-il que d'autres pays voisins réussissent mieux que nous leur intégration dans l'économie-monde ? Y-a-t-il une fatalité française ou au moins une spécificité ? L'Allemagne sera-t-elle longtemps gagnante et la France perdante ? Et l'est-elle tant que cela ?

C'est un Alain Minc se voulant convaincant, en tout cas sincèrement convaincu, qui s'attache plus à démonter les représentations pessimistes des français, à débusquer les idées fausses, ou qu'il croit fausses, qu'à argumenter sur les bienfaits de la mondialisation. Avec force de conviction et nombre d'exemples, qui rendent sa démonstration claire et limpide. S'il est aisé de comprendre que sur le long terme nous pouvons gagner, il reconnait volontiers qu'à court et moyen terme la transition est douloureuse. Mais la cause n'en est-elle pas plus dans les efforts à faire pour régler les errances du passé que dans l'adaptation à la mondialisation ?

Nous vous proposons de lire l'article d' Irène Inschauspé sur ces Economiques dans Challenges, ainsi que celui de Julia D'Avout, élève de terminale ES au lycée Turgot, dans les colonnes de Challenges.fr

Ci-dessous, les vidéos 2/4, 3/4 et 4/4 des "Economiques" d'Alain Minc, découpées en quatre parties.

Mots clés: 

Publié le: 
11 Janvier 2012